Elle se demandait à quoi pouvait ressembler septembre pour qui ne travaillait pas dans l’enseignemen Kasischke Laura

Elle se demandait à quoi pouvait ressembler septembre pour qui ne travaillait pas dans l’enseignement. Se trouvait-on épargné par la mélancolique réminiscence de ce mois-là ? Si oui, ce devait être comme de sécher un des douze travaux d’Hercule ; on ne coupait pas certes au bourdon de Noël, mais au moins n’avait-on pas à revivre la fin de toutes les grandes vacances de sa vie, cette triste prise de conscience de sa propre mortalité, quand une fois encore, année après année, les enfants envahissaient votre univers avec leurs pulls neufs et leurs crayons bien taillés.
Non, supposait-elle, nul ne devait y couper. Ce calendrier se gravait de si bonne heure dans le psyché de chacun. Personne n’échappait au caractère funeste de septembre.
Les Revenants (2011)
Citations de Laura Kasischke
Laura Kasischke

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.