Si légère que je craignais que le moindre souffle t’emporte
Et que je fermais bien mes bras d Aragon Louis

Si légère que je craignais que le moindre souffle t’emporte

Et que je fermais bien mes bras de peur que ton âme n’en sorte

Tu ne m’as pas quitté mon âme et mes bras ô ma bien-aimée

Sont demeurés autour de toi fermés comme un anneau fermé
Elsa
Citations de Louis Aragon
Louis Aragon

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.