Je m’arrête, saisie d’épouvante. Il y a des gens ici. Ils respirent la puanteur de leur propre fumie Miano Léonora

Je m’arrête, saisie d’épouvante. Il y a des gens ici. Ils respirent la puanteur de leur propre fumier. Ils vivent baignés dans les insoutenables effluves de leur mort. C’est le cadavre que cela sent. Ne ferait-on pas tout, n’importe quoi, pour s’évader de cette fosse ? Il y a des gens ici. Leurs pieds s’engluent dans la chose visqueuse qui recouvre et asphyxie la terre. Leurs enfants ont le ventre rebondi, les membres rachitiques, les narines qui coulent, et la bouche qui avale. On déjoue la famine en absorbant ce qui sort de soi.
Contours du jour qui vient (2006)
Citations de Léonora Miano
Léonora Miano