On ne nous faisait rien – on nous laissait seulement en face du néant, car il est notoire qu’aucune Zweig Stephan

On ne nous faisait rien – on nous laissait seulement en face du néant, car il est notoire qu’aucune chose au monde n’oppresse davantage l’âme humaine.
Le joueur d’échecs (1943)
Citations de Stefan Zweig
Stefan Zweig

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.