Mais ce qui lui plaisait le plus dans cette île, c’était le soir, lorsque le chevrier, avec son maig Nizon Paul

Mais ce qui lui plaisait le plus dans cette île, c’était le soir, lorsque le chevrier, avec son maigre troupeau, s’avançait vers les femmes,debout devant leur maison, et trayait dans une jatte le lait qu’elles avaient demandé ; lorsque, dans la lumière doucement déclinante, montaient tous les parfums de la terre et que, se mêlant aux senteurs de varech, la fumée des feux et des cuisines flottaient dans l’air. Sur les bateaux, à l’ancre; on préparait le dîner et, sur la place déserte, le vieillard unijambiste clopinait en martelant le pavé de sa jambe de bois. Le phare s’allumait, fantôme errant dans la pénombre, tandis que les façades bariolées des maisons autour de la place pâlissaient imperceptiblement et que la mer enflait sa voix…
Stolz (1975)
Citations de Paul Nizon
Paul Nizon

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.