Ma mère reste debout, à l’entrée du salon, les bras le long du corps. Alors je pense que la violence Vigan Delphine de

Ma mère reste debout, à l’entrée du salon, les bras le long du corps. Alors je pense que la violence Vigan Delphine de

Ma mère reste debout, à l’entrée du salon, les bras le long du corps. Alors je pense que la violence est là aussi, dans ce geste impossible qui va d’elle vers moi, ce geste à jamais suspendu.
No et moi (2007)
Citations de Delphine de Vigan
Delphine de Vigan

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.