Je suis réconforté par le sentiment que la littérature mondiale est comme un seul coeur géant, qui b Soljenitsyne Alexandre Issaïevitch

Ajouter un commentaire

Je suis réconforté par le sentiment que la littérature mondiale est comme un seul coeur géant, qui bat au rythme des soucis et des drames de notre monde, même s’ ils sont ressentis et exprimés différemment en ses quatre coins.
Le Cri. Le discours du prix Nobel – L’Express, septembre 1972.
Citations de Alexandre Issaïevitch Soljenitsyne
Alexandre Issaïevitch Soljenitsyne

Laisser une réponse