Partons du principe que l’artiste ne doit rien à personne. Néanmoins, il est pénible de voir comment Soljenitsyne Alexandre Issaïevitch

Partons du principe que l’artiste ne doit rien à personne. Néanmoins, il est pénible de voir comment, en se retirant dans sa tour d’ivoire ou dans le monde de ses fantasmes, il risque d’abandonner le monde réel aux mains de mercenaires.
Le Cri. Le discours du prix Nobel – L’Express, septembre 1972.
Citations de Alexandre Issaïevitch Soljenitsyne
Alexandre Issaïevitch Soljenitsyne

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.