Déjà minuit, tu n’es toujours pas là. Mes couvertures sont en feu et me brûlent toute entière. Majrouh Sayd Bahodine

Déjà minuit, tu n’es toujours pas là. Mes couvertures sont en feu et me brûlent toute entière.
Le suicide et le chant. Poésie populaire des femmes pashtounes (1988)
Citations de Sayd Bahodine Majrouh
Sayd Bahodine Majrouh