Avoir l’heure m’a toujours paru quelque chose de ridicule, de fondamentalement mensonger, peut-être Sebald W. G.

Avoir l’heure m’a toujours paru quelque chose de ridicule, de fondamentalement mensonger, peut-être parce qu’une nécessité interne que je n’ai moi même jamais réussi à comprendre m’a toujours fait regimbe contre le pouvoir du temps et me tenir à l’écart de ce que l’on a coutume d’appeler l’actualité, dans l’espoir que le temps ne passe pas, ne soit point révolu, que je puisse revenir en arrière et lui courir après, que là-bas tout soit alors comme avant ou plus précisément, que tous les moments existent simultanément, auquel cas rien de ce que raconte l’histoire ne serait vrai, rien de ce qui s’est produit ne s’est encore produit mais au contraire se produit juste à l’instant où nous le pensons, ce qui d’un autre côté œuvre naturellement sur la perspective désespérante d’une détresse perpétuelle et d’un tourment sans fin.
Austerlitz (2001)
Citations de W. G. Sebald
W. G. Sebald

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.