Ainsi vont les choses, pensait Azeline, pendant des années vous croyez que les êtres que vous connai Vautrin Jean

Ainsi vont les choses, pensait Azeline, pendant des années vous croyez que les êtres que vous connaissez le mieux sont faits d’un bois tendre et raboté et un jour, à l’improviste, l’écorce odorante est hérissée d’échardes. A un monde tendre et paresseux succède celui du hasard et de la force brutale. Et cette fureur, ce bruit, ce désordre, cette sensualité qui s’apprêtent à vous engloutir constituent justement les noeuds de la corde que vous avez tressée à votre insu.
Un grand pas vers le bon Dieu (1989)
Citations de Jean Vautrin
Jean Vautrin

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.