Vous me dites que vous souffrez. Cela vous tiendrait lieu d’oraison, si vous n’en aviez pas d’autre. Montherlant Henry de

Ajouter un commentaire

Vous me dites que vous souffrez. Cela vous tiendrait lieu d’ oraison, si vous n’ en aviez pas d’ autre. La souffrance est l’ oraison de ceux qui ne pensent ni ne prient.
Les Jeunes Filles (1936)
Citations de Henry de Montherlant
Henry de Montherlant

Laisser une réponse