Vertus et moeurs ne s’acquièrent d’étude, – Ni par argent, ni par faveur des rois, – Ni par un Pibrac Guy du Faur, seigneur de

1 Commentaire

Vertus et moeurs ne s’ acquièrent d’ étude,
Ni par argent, ni par faveur des rois,
Ni par un acte, ni par deux ou par trois,
Et par confiance et par longue habitude.
Quatrains
Citations de Guy du Faur, seigneur de Pibrac
Guy du Faur, seigneur de Pibrac

Une réponse à “Vertus et moeurs ne s’acquièrent d’étude, – Ni par argent, ni par faveur des rois, – Ni par un Pibrac Guy du Faur, seigneur de”

  1. dicocitations

    On ne connaît pas l'autre. On croit le connaître, mais en fait, non. On s'est seulement habitué à l'autre, mais le premier étonnement reste toujours là. Des yeux bleus insondables. La volonté de l'autre, ce qu'il croit, ses doutes. Le premier étonnement n'en est plus un avec les ans qui passent, en même temps que demain se mue en hier. Une forme d'impuissance que l'on dissimule sous l'assurance des habitudes. Ces habitudes qui nous lient l'un à l'autre et qui, en même temps, barrent la route à l'étonnement initial.
    Qui es-tu ? Qui peux-tu donc bien être ? Que caches-tu ? Que vas-tu faire ? Que veux-tu faire ? Où vas-tu ? Te sens-tu à l'étroit ou as-tu trop de place, que recèlent tes envies, tes convictions et tes doutes ?

    Sous un autre jour, Jens Christian Grøndahl
    ( p.121, Gallimard )

    Répondre

Laisser une réponse