Si j’étais resté libre, obscur, isolé, comme j’étais fait pour l’être, je n’aurais fait que du bien Rousseau Jean-Jacques

Si j’étais resté libre, obscur, isolé, comme j’étais fait pour l’être, je n’aurais fait que du bien : car je n’ai dans le coeur le germe d’aucune passion nuisible.
Les Rêveries du promeneur solitaire (1776-1778, édition posthume 1782)
Citations de Jean-Jacques Rousseau
Jean-Jacques Rousseau

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.