Quel orgueil d’être seul, les mains contre son front,
A noter des vers doux comme un accord de Rodenbach Georges

Ajouter un commentaire

Quel orgueil d’ être seul, les mains contre son front,
A noter des vers doux comme un accord de lyre
Et songeant à la mort prochaine, de se dire:
Peut-être que j’ écris des choses qui vivront!
La Jeunesse blanche (1886), Veillée de gloire
Citations de Georges Rodenbach
Georges Rodenbach

Laisser une réponse