C’était Bruges-la-Morte, elle-même mise au tombeau de ses quais de pierre, avec les artères froidies Rodenbach Georges

C’était Bruges-la-Morte, elle-même mise au tombeau de ses quais de pierre, avec les artères froidies de ses canaux, quand avait cessé d’y battre la grande pulsation de la mer.
Bruges-la-Morte (1892)
Citations de Georges Rodenbach
Georges Rodenbach

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.