Lorsqu’un malfaiteur nous renverse en coupable dans la rue, gardons-nous d’accepter le bras du compl Boucher Henri

Ajouter un commentaire

Lorsqu’ un malfaiteur nous renverse en coupable dans la rue, gardons-nous d’ accepter le bras du complice officieux qui s’ avance.
Pensées et réflexions (1866)
Citations de Henri Boucher
Henri Boucher

Laisser une réponse