Le vent parcourt les rameaux de La haie — de petites feuilles rondes et dorées s’envolent, ponctuent Makine Andreï

Le vent parcourt les rameaux de La haie — de petites feuilles rondes et dorées s’envolent, ponctuent les meubles posés dans l’herbe et la fourrure de la pelisse qui protège Gaia. Cet instant de lumière dit l’essentiel : un soleil d’hiver, un ciel aux légers nuages hauts, la brume irisée des champs et cette femme endormie, si inconnue, si proche. Les débris du passé, éparpillés dans l’herbe, approfondissent le temps d’une enfilade d’existences devinées.
Gaia se relève, me sourit et, comme si quelqu’un pouvait nous entendre, murmure : « Ici, on est vraiment loin de tout… »
Ces heures ensoleillées, devant Mo i Rana, marque le début de ce que les diggers appelaient « le franchissement ».
Au-delà des frontières (2019)
Citations de Andreï Makine
Andreï Makine

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.