Le commerce est, par son essence, satanique. Le commerce, c’est le prêté-rendu, c’est le prêt avec l Baudelaire Charles

Le commerce est, par son essence, satanique. Le commerce, c’ est le prêté-rendu, c’ est le prêt avec le sous-entendu : Rends-moi plus que je ne te donne.
Journaux intimes (1887), Mon coeur mis à nu
Citations de Charles Baudelaire
Charles Baudelaire

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.