Et ma bouche gémissante, Messieurs les jurés, toucha presque son cou nu pendant que j’écrasais sous Nabokov Vladimir

Ajouter un commentaire

Et ma bouche gémissante, Messieurs les jurés, toucha presque son cou nu pendant que j’ écrasais sous sa fesse gauche le dernier spasme de l’ extase la plus longue qu’ un homme ou monstre ait connue.
Lolita (1955)
Citations de Vladimir Nabokov
Vladimir Nabokov

Laisser une réponse