Ce n’est pas de ma faute si les âmes, dont on arrache les voiles et qu’on montre à nu, exhalent une Mirbeau Octave

Ajouter un commentaire

Ce n’ est pas de ma faute si les âmes, dont on arrache les voiles et qu’ on montre à nu, exhalent une si forte odeur de pourriture.
Journal d’une femme de chambre (1900)
Citations de Octave Mirbeau
Octave Mirbeau

Laisser une réponse