Toujours est-il qu’à force de lire chaque pli de l’anatomie de cette étudiante que je voyais seuleme Zafón Carlos Ruiz

Toujours est-il qu’à force de lire chaque pli de l’anatomie de cette étudiante que je voyais seulement de dos mais que j’imaginais en trois dimensions et en perspective cavalière, je me mis à saliver comme devant un baba à rhum.
L’Ombre du vent (2001)
Citations de Carlos Ruiz Zafón
Carlos Ruiz Zafón

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.