Tes yeux, où rien ne se révèle
De doux ni d’amer,
Sont deux bijoux froids où se mêle
Baudelaire Charles

Ajouter un commentaire

Tes yeux, où rien ne se révèle
De doux ni d’ amer,
Sont deux bijoux froids où se mêle
L’ or avec le fer.
Les Fleurs du Mal (1857), XXVIII – Le serpent qui danse
Citations de Charles Baudelaire
Charles Baudelaire

Laisser une réponse