Pour moi, sur cette mer qu’ici-bas nous courons,
Je songe à me pourvoir d’esquif et d’avirons Boileau-Despréaux Nicolas

Pour moi, sur cette mer qu’ici-bas nous courons,

Je songe à me pourvoir d’esquif et d’avirons,

À régler mes désirs, à prévenir l’orage,

Et sauver, s’il se peut, ma raison du naufrage.
Epîtres (1669-1695), V
Citations de Nicolas Boileau-Despréaux
Nicolas Boileau-Despréaux

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.