Par la vitre du train qui remontait la vallée du Rhône, j’observais les tristes apprêts du froid com Rolin Olivier

Par la vitre du train qui remontait la vallée du Rhône, j’observais les tristes apprêts du froid comme un autre eût assisté à une pièce de théâtre. Entre des replis de terre noire, des flaques brillaient comme des monnaies dans les dernières lueurs du jour. Des chemins détrempés, marqués par le piétinement des bêtes, fuyaient vers des lointains hachurés de mauve et de brun. Le ciel au-dessus de ça déchiquetait des vagues grises où volaient des corbeaux. Ailleurs, on voyait des maisons aux murs tachés d’humidité, des néons tremblaient derrière des vitres embuées, des parkings moutonnaient sous des néons orange. Une pluie mêlée de neige faisait briller les trottoirs comme des tailles d’anthracite, éclatait en gerbes de perles autour des lampadaires.
Port-Soudan (1992)
Citations de Olivier Rolin
Olivier Rolin

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.