On se recroquevillait dans le froid, on entendait la rosée, le bois plein de senteurs, le crépitemen Guimarães Rosa João

On se recroquevillait dans le froid, on entendait la rosée, le bois plein de senteurs, le crépitement des étoiles, la présence des grillons et le poids des cavaliers. L’aube pointait, cette entre-lueur de l’aurore, quand le ciel blanchit. Et à mesure que l’air devenait gris, les contours des cavaliers, ce flou, se précisaient. Et pardonnez-moi de m’attarder à tant de détails. Mais aujourd’hui encore j’ai cette heure dans les yeux, tout cela si bon ; et, ce que c’est, c’est de la nostalgie.
Diadorim (1956)
Citations de João Guimarães Rosa
João Guimarães Rosa

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.