Nous demeurions silencieux, comme roulés dans le rêve de chagrin de ce colosse perclus, de cette rui Gracq Julien

Nous demeurions silencieux, comme roulés dans le rêve de chagrin de ce colosse perclus, de cette ruine habitée…
Le Rivage des Syrtes (1951)
Citations de Julien Gracq
Julien Gracq

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.