Moi je ne comprenais pas les enfants qui aimaient aller chez leurs grands-parents. Elles me terrifia Berest Anne

Moi je ne comprenais pas les enfants qui aimaient aller chez leurs grands-parents. Elles me terrifiaient ces vieilles personnes, à vouloir qu’on les aime et qu’on touche leurs peaux en gants de toilette. Tout sombrait chez eux : les bajoues, le cou, les bras, les lèvres. Ils voulaient nous faire jouer à des jeux trop vieux pour nous : ils ne comprenaient pas que nous étions des enfants modernes. Ils avaient chez eux des produits qui n’existaient pas ailleurs. Des savons écaillés qui trempaient dans un jus maronnâtre, des granules d’arnica, des boîtes de nourriture qu’on ne voyait jamais dans nos supermarchés, c’était comme aller dans un pays étranger, la vieillesse.
La fille de son père (2010)
Citations de Anne Berest
Anne Berest

Moi je ne comprenais pas les enfants qui aimaient aller chez leurs grands-parents. Elles me terrifia Berest Anne

Moi je ne comprenais pas les enfants qui aimaient aller chez leurs grands-parents. Elles me terrifiaient ces vieilles personnes, à vouloir qu’on les aime et qu’on touche leurs peaux en gants de toilette. Tout sombrait chez eux : les bajoues, le cou, les bras, les lèvres.
La fille de son père (2010)
Citations de Anne Berest
Anne Berest