Mes chers frères, n’oubliez jamais quand vous entendrez vanter le progrès des lumières, que la plus Baudelaire Charles

Ajouter un commentaire

Mes chers frères, n’ oubliez jamais quand vous entendrez vanter le progrès des lumières, que la plus belle ruse du diable est de vous persuader qu’ il n’ existe pas.
Petits poèmes en prose ou Le Spleen de Paris (1862), Un prédicateur cité par le diable
Citations de Charles Baudelaire
Charles Baudelaire

Laisser une réponse