L’idée ne me vint pas qu’on pût écrire pour être lu. On écrit pour ses voisins ou pour Dieu. Je pris Sartre Jean-Paul

Ajouter un commentaire

L’ idée ne me vint pas qu’ on pût écrire pour être lu. On écrit pour ses voisins ou pour Dieu. Je pris le parti d’ écrire pour Dieu en vue de sauver mes voisins. Je voulais des obligés et non pas des lecteurs.
Les Mots (1964)
Citations de Jean-Paul Sartre
Jean-Paul Sartre

Laisser une réponse