L’enfant, de jour en jour, avance dans la vie :
Et, comme les aiglons qui, cédant à l’envie Legouvé Gabriel Marie

L’enfant, de jour en jour, avance dans la vie :

Et, comme les aiglons qui, cédant à l’envie

De mesurer les cieux dans leur premier essor,

Exercent près du nid leur aile faible encor,

Doucement soutenu sur ses mains chancelantes,

Il commence l’essai de ses forces naissantes.

Sa mère est près de lui : c’est elle dont le bras

Dans leur débile effort aide ses premiers pas ;

Elle suit la lenteur de sa marche timide ;

Elle fut sa nourrice, elle devient son guide.

Elle devient son maître, au moment où sa voix

Bégaie à peine un nom qu’il entendit cent fois :

MA MÈRE est le premier qu’elle l’enseigne à dire.

Elle est son maître encor dès qu’il s’essaie à lire ;

Elle épelle avec lui dans un court entretien,

Et redevient enfant pour instruire le sien.
Le Mérite des femmes (1801)
Citations de Gabriel Marie Legouvé
Gabriel Marie Legouvé

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.