Dans les sons de sa voix ou propice ou funeste,
Les Celtes entendaient la volonté céleste,

Dans les sons de sa voix ou propice ou funeste,

Les Celtes entendaient la volonté céleste,

Et, prêtant à la femme un pouvoir plus qu’humain,

Consacraient les objets qu’avait touchés sa main.

Un fanatisme aimable à leur âme enivrée

Disait : « La femme est dieu, puisqu’elle est adorée. »
Le Mérite des femmes (1801)
Citations de Gabriel Marie Legouvé
Gabriel Marie Legouvé

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.