Je sens mon coeur inconstant tiraillé entre l’amour et la haine qui se livrent combat ; mais, je le Ovide

Je sens mon coeur inconstant tiraillé entre l’amour et la haine qui se livrent combat ; mais, je le crois, c’est l’amour qui l’emporte. Je haïrai, si je le puis ; sinon, j’aimerai, mais malgré moi. Le taureau non plus n’aime pas le joug ; il ne porte pas moins ce qu’il hait. Je fuis sa perfidie ; pendant que je fuis, sa beauté me rappelle. J’abhorre les défauts de ton âme et j’aime ton corps. Ainsi je ne puis vivre ni sans toi ni avec toi et ne sais pas moi-même ce que je désire.
Les Amours
Citations de Ovide
Ovide

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.