J’ai toujours nargué mes bourreaux en leur déclamant des poèmes, de Nerval à Pierre Louÿs… Ils me Gatti Armand

J’ai toujours nargué mes bourreaux en leur déclamant des poèmes, de Nerval à Pierre Louÿs… Ils me prenaient pour un dingue, me bourraient de coups pour me faire taire, mais ne me tuaient pas. Parce que je ne me taisais jamais. J’étais devenu leur distraction, une sorte de phénomène.
Entretien d’Armand Gatti, Télérama 1995
Citations de Armand Gatti
Armand Gatti

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.