J’ai fréquenté les « bas-fonds », chanté dans les bars de l’île et de l’archipel. J’ai eu tant de « ma Évora Cesária

J’ai fréquenté les « bas-fonds », chanté dans les bars de l’île et de l’archipel. J’ai eu tant de « maris » que je ne peux en dire le nombre. Mais je me rendais compte que ma voix retenait l’attention, qu’elle faisait vibrer et apportait des parcelles de bonheur.
Interview de Cesaria Evora, La Vie par Emmanuel Gabey et Yves Hardy, novembre 2011
Citations de Cesária Évora
Cesária Évora