Il y a des intervalles dans le chant mélodieux de la grive des bois, sur lesquels j’aimerais émigrer Thoreau Henry David

Il y a des intervalles dans le chant mélodieux de la grive des bois, sur lesquels j’aimerais émigrer – terres sauvages que nul colon n’a conquises, auxquelles, me semble-t-il, je suis déjà acclimaté.
De la marche (1862)
Citations de Henry David Thoreau
Henry David Thoreau