Il n’y a personne qui, s’il était averti de ses défauts, pût soutenir une contradiction éternelle ; Montesquieu Charles de Secondat, baron de

Il n’y a personne qui, s’il était averti de ses défauts, pût soutenir une contradiction éternelle ; il deviendrait vertueux, quand ce ne serait que par lassitude.
Eloge de la sincérité (1717)
Citations de Charles de Secondat, baron de Montesquieu
Charles de Secondat, baron de Montesquieu

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.