Il n’y a personne qui, s’il était averti de ses défauts, pût soutenir une contradiction éternelle ; Montesquieu Charles de Secondat, baron de

Ajouter un commentaire

Il n’ y a personne qui, s’ il était averti de ses défauts, pût soutenir une contradiction éternelle ; il deviendrait vertueux, quand ce ne serait que par lassitude.
Eloge de la sincérité (1717)
Citations de Charles de Secondat, baron de Montesquieu
Charles de Secondat, baron de Montesquieu

Laisser une réponse