Enfanter, ce n’est rien ; mais nourrir, c’est enfanter à toute heure. Oh ! Louise, il n’y pas de ca Balzac Honoré de

Ajouter un commentaire

Enfanter, ce n’est rien ; mais nourrir, c’est enfanter à toute heure. Oh ! Louise, il n’y pas de caresses d’amant qui puissent valoir celles de ces petites mains roses qui se promènent si doucement, et cherchent à s’accrocher à la vie.
Mémoires de deux jeunes mariées (1841)
Citations de Honoré de Balzac
Honoré de Balzac

Laisser une réponse