Disons que l’idée de me battre dans un monde de nantis, moi, la fille de rien, sans beauté ni piquan Barbery Muriel

Ajouter un commentaire

Disons que l’idée de me battre dans un monde de nantis, moi, la fille de rien, sans beauté ni piquant, sans passé ni ambition, sans entregent ni éclat, m’a fatiguée avant même d’essayer.
L’élégance du hérisson (2006)
Citations de Muriel Barbery
Muriel Barbery

Laisser une réponse