Descendre par l’étroite, horizontale porte
Où l’on passe étendu, voilé, silencieux ;
Ne pl Noailles Anna de Bracovan, comtesse de

Descendre par l’étroite, horizontale porte
Où l’on passe étendu, voilé, silencieux ;
Ne plus jamais vous voir, ô Lumière des cieux.
Hélas ! Je n’étais pas faite pour être morte.
Les Eblouissements (1907), I. Les terres chaudes
Citations de Anna de Noailles
Anna de Noailles

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.