Des hommes. Pour eux, il fallait toujours trembler, mais n’avoir aucune pitié ni même – c’était préf Vladimov Guéorgui

Des hommes. Pour eux, il fallait toujours trembler, mais n’avoir aucune pitié ni même – c’était préférable – aucune haine, seulement une saine méfiance.
Fidèle Rouslan : Histoire d’un chien de garde (1978)
Citations de Guéorgui Vladimov
Guéorgui Vladimov

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.