De nouveau nous conduisions la nuit des automobiles auxquelles il manquait toujours quelque chose po Rolin Jean

De nouveau nous conduisions la nuit des automobiles auxquelles il manquait toujours quelque chose pour être en règle. De nouveau nous transportions des substances illicites que nous devions désigner par des noms de code et, même si nous ne travaillions plus à la destruction de la société, nous pouvions persister dans l’illusion réconfortante qu’elle-même n’avait pas renoncé à nous détruire, puisque de nouveau il nous fallait craindre les barrages, éviter les contrôles, et mentir avec aplomb lorsque nous étions obligés de nous y soumettre. De nouveau nous étions unis par des liens de circonstance, à la fois artificiels et forts comme tous ceux qu’engendre l’illégalité. Et par surcroît, ce qui cimentait le groupe et le vouait à l’opprobre de la société procurait du plaisir, un plaisir qui remplissait le corps et l’esprit au point de ne laisser de place pour rien d’autre, un plaisir qui dispensait de tout commerce, y compris de l’usage de la parole : jusque-là, rien n’avait eu la force de me faire taire ainsi, même du dedans.
L’Organisation (2000)
Citations de Jean Rolin
Jean Rolin

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.