Celui qui aime pour la première fois, fût-il malheureux, est un dieu; mais celui qui aime pour la de Heine Heinrich

Ajouter un commentaire

Celui qui aime pour la première fois, fût-il malheureux, est un dieu; mais celui qui aime pour la deuxième fois d’ un amour malheureux encore, celui-là est un imbécile.
Livre des chants, Le Retour (1823-1824)
Citations de Heinrich Heine
Heinrich Heine

Laisser une réponse