Ayant reçu du ciel une fortune aisée, – De tes biens par écrit suppute le montant: – Peur de n Caton Denys

Ajouter un commentaire

Ayant reçu du ciel une fortune aisée,
De tes biens par écrit suppute le montant:
Peur de ne pas du public essuyer la risée,
Garde-les en les augmentant.
Distiques de Caton, Livre troisième, VIII
Citations de Denys Caton
Denys Caton

Laisser une réponse