Si le cheval connaissait sa force, serait-il assez fou pour accepter le joug, comme il le fait ? Mai Strindberg August

Ajouter un commentaire

Si le cheval connaissait sa force, serait-il assez fou pour accepter le joug, comme il le fait ? Mais qu’ il devienne sensé et s’ échappe, alors on dira qu’ il est fou.
Maître Olof (1872)
Citations de August Strindberg
August Strindberg

Laisser une réponse