Que la vie de «l’âme» se prolonge par delà la dissociation de la chair, il y a là, pour moi de l’ina Gide André

Que la vie de «l’âme» se prolonge par delà la dissociation de la chair, il y a là, pour moi de l’inadmissible, de l’impensable, et contre quoi proteste ma raison; aussi bien que contre le foisonnement incessant des âmes.
Feuillets d’automne (1949)
Citations de André Gide
André Gide