Lire nous était aussi naturel que respirer. Au moindre moment libre, il nous fallait nous asseoir se Marakumi Haruki

Ajouter un commentaire

Lire nous était aussi naturel que respirer. Au moindre moment libre, il nous fallait nous asseoir seuls dans un coin tranquille et tourner les pages d’ un livre.
Les Amants du Spoutnik (2003)
Citations de Haruki Marakumi
Haruki Marakumi

Laisser une réponse