Le camée Léon, il me suffisait de le fasciner pour qu’il prît les fenêtres béantes par les ouïes et Breton André

Le camée Léon, il me suffisait de le fasciner pour qu’il prît les fenêtres béantes par les ouïes et allât les vendre à la criée.
Poisson soluble (1924)
Citations de André Breton
André Breton

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.