L’île, pour moi, c’est un cul-de-sac sans espoir, l’endroit qu’on ne peut pas dépasser, après quoi i Le Clézio Jean-Marie Gustave

L’île, pour moi, c’est un cul-de-sac sans espoir, l’endroit qu’on ne peut pas dépasser, après quoi il n’y a plus rien. L’océan, c’est l’oubli.
Tempête (2014)
Citations de J. M. G. Le Clézio
J. M. G. Le Clézio