Je ne sentais ni le froid ni l’hiver ni le chaud de l’été. J’avais mes saisons à moi, mon noir solei Yourcenar Marguerite

Ajouter un commentaire

Je ne sentais ni le froid ni l’ hiver ni le chaud de l’ été. J’ avais mes saisons à moi, mon noir soleil, mes fruits empoisonnés, mûrissant à des treilles secrètes.
Electre ou la Chute des masques (1954), I, 4, Electre
Citations de Marguerite Yourcenar
Marguerite Yourcenar

Laisser une réponse